1961, Pierre Joye et Rosine Lewin, Les trusts au Congo

Pierre Joye et Rosine Lewin, Les trusts au Congo, 318 pp, index des noms, bibliographie dans les notes, 1961.

Pierre Joye (1909-1984) : Docteur en droit et Licencié en Sciences Economiques. Chroniqueur économique et rédacteur du Drapeau Rouge et de la Voix du peuple. Fondateur du Front de l’Indépendance et fondateur des Partisans Armés pendant la guerre, déporté à Breendonck et à Sachsenhausen.
Rosine Lewin (1920-2010), son épouse : Licenciée en Sciences Sociales, rédactrice en chef du Drapeau Rouge, pilier du communisme en Belgique, féministe convaincue. Cherchait un rapprochement avec les progressistes chrétiens. Pendant la guerre active dans le Front de l’Indépendance. Ci-dessous une biographie sur internet :
https://www.revuepolitique.be/rosine-lewin-une-vie-de-communiste/

Le livre de Joye et de Lewin était une révélation : il dévoilait l’infrastructure économique-financière belge-coloniale d’une manière mal vue de la politique et de la haute finance belges. En plus de cela, les auteurs étaient communistes. Seraient-ce les raisons pour lesquelles le livre ne se retrouve pour ainsi dire pas dans les bibliograhies ? Et qu’il n’est pas connu de la majorité des belges?
Selon Guy Vanthemse (https://www.journalbelgianhistory.be/nl/system/files/edition_data/articlepdf/006b_Bibliotheque5.pdf), un ouvrage comparable avait déjà paru en 1946, “De Belgische koloniale holdings” (Les holdings belges coloniaux) de Louis Delmotte.
Les deux livres seraient dépassés et remplacés par l’ouvrage de Frans Buelens “Congo1885-1960. Een financieel-economische geschiedenis” (…Une histoire financière-économique), 2007.
Stéphane Hoste en a aussi écrit une critique.
https://www.researchgate.net/publication/318802454_Frans_Buelens_Congo_1885-1960_Een_financieel-economische_geschiedenis.

Quelques extraits du livre, bien entendu sortis du contexte, mais qui en donnent quand-même un aperçu.

Recrutement

p 143

p 146

p 149

Salaires

p 177

p 179

p 180

p 190

Syndicats
Avant 1941 il ne fut pas question de syndicats. Les organisations de syndicats qui suivirent groupaient exclusivement les blancs. Même le vicaire apostolique du Katanga, Mgr de Hemptine “dénonça vertement ‘l’inconscience’ dont le gouvernement faisait preuve en tolérant la création de syndicats” (p 193).

p 201

Trusts et Etat

p 281

p 282