De zending Wibier, van 13 juni 1911 tot 20 augustus 1912

Voor het tweede punt van het driedelige programma, de lijn Boma-Elisabethstad,  moest men nu de benodigde weg kiezen en de keuze van de tussenposten vaststellen.
In plaats van rechtdoor te gaan over één enkele post, Lusambo, werd gekozen voor verschillende kleinere posten langsheen de Kongostroom en de Lualaba, waarvoor toestellen van minder vermogen voldeden (wat ook door Goldschmidt voorgesteld was). Hierdoor konden ook menige belangrijke centra bediend worden. De kleinere posten zouden ook zorgen voor draagbare verpakkingen, een niet te onderschatten voordeel.
De gekozen lijn omvatte de posten van Coquilhatstad, Lisala, Stanleystad, Lowa, Kindu, Kongolo, Kikondja en Elisabethstad.

Luitenant Wibier, directeur-generaal benoemd van de zendingen voor draadloze telegrafie in Belgisch-Kongo, vertrok naar Kongo op 11 juni 1911. Hij was vergezeld van Goldschmidt en kolonel Thys. Ze kwamen aan te Boma op 1 juli.
Iets later, op 6 november 1911, kwam Raymond Braillard eveneens aan te Matadi.
Deze Franse ingenieur was hoofdingenieur benoemd van de T.S.F.-zending in Belgisch-Kongo. Onder de algemene leiding van Wibier zou hij de zenders oprichten in de gekozen dorpen en steden.
Het verhaal hiervan, zoals ook dat van de zending Verd’hurt, wordt uitvoerig beschreven in hfdst 4 van het boek “Tussen vonk en omroep” (zie onder de categorie “boeken”). Hieronder volgen enkele onderzochte bronnen.

Pour le deuxième point du programme en trois volets, la ligne Boma-Elisabethville, il était maintenant nécessaire de choisir l’itinéraire souhaité et de déterminer le choix des postes intermédiaires.
Au lieu de passer directement par un seul poste, Lusambo, plusieurs postes plus petits situés le long du fleuve Congo et de la Lualaba furent choisis, pour lesquels des dispositifs moins puissants suffirent (proposition également de Goldschmidt). Cela permit également de desservir de nombreux centres importants. Les postes plus petits fourniraient également un emballage portable, un avantage à ne pas sous-estimer.
La ligne choisie comprenait les postes de Coquilhatville, Lisala, Stanleyville, Lowa, Kindu, Kongolo, Kikondja et Elisabethville.

Le lieutenant Wibier, nommé directeur général pour les missions de télégraphie sans fil au Congo belge, partit pour le Congo le 11 juin 1911. Il fut accompagné de Goldschmidt et du colonel Thys. Ils arrivèrent à Boma le 1er juillet.
Un peu plus tard, le 6 novembre 1911, Raymond Braillard arriva à son tour à Matadi.
Cet ingénieur français fut nommé ingénieur en chef de la mission T.S.F au Congo belge. Sous la direction générale de Wibier, il établirait les émetteurs dans les villages et les villes choisis.
Son histoire, ainsi que celle de la mission Verd’hurt, est décrite en détail au chapitre 4 du livre “Tussen vonk en omroep” (voir sous la rubrique “boeken”). Nous vous présentons plus loin quelques sources consultées.

Een eerste en een tweede artikel vindt u in de subcategorie “zending Verd’hurt / “Le Mouvement géographique” van 18 juni en 6 augustus 1911.
Braillard en Goldscmidt gaven in 1920 het volledige verhaal (vooral technisch) in hun boek “La télégrafie sans fil au Congo Belge, une oeuvre du Roi”, 120 pp.

Vous trouverez un premier et un deuxième article dans la sous-catégorie “mission Verd’hurt”/ “Le Mouvement géographique” du 18 juin et du 6 août 1911.
Braillard et Goldscmidt ont donné le récit complet (particulièrement technique) en 1920 dans leur livre “La télégraphie sans fil au Congo belge, une oeuvre du roi”, 120 pages.


In “Le Mouvement Géographique” van 1920 vonden we volgende recensie:
Dans “Le Mouvement Géographique” de 1920 nous trouvâmes le compte rendu suivant:

Mijn eigen exemplaar van het boekje bevindt zich in te slechte staat om hier te worden afgedrukt. Het is te vinden in de Koninklijke bibliotheek van België te Brussel.
Een keuze uit enkele tijdschriften vindt u terug in de categorie “D.T.-T.S.F. Kongo/Algemeen Kongo”.
Tenslotte geef ik eerstdaags nog enkele artikels uit de toenmalige kranten.

Mon exemplaire du livre se trouve en trop mauvais état pour être imprimé ici. On peut le trouver à la Bibliothèque royale de Belgique à Bruxelles.
Une sélection de quelques revues se trouve dans la catégorie “D.T.-T.S.F. Kongo / Algemeen Kongo”. Enfin, je donnerai bientôt encore quelques articles de journaux.

LATER

( Electricité, Eau, Eclairage, Chauffage, T.S.F., Léo Lejeune, La T.S.F. au Congo, juillet 1924 ).

De Volksstem van 01 06 1926

De Volksstem van 3 06 1926.