Radio

Guglielmo  Marconi claimde reeds in 1901 het radiotelegrafisch overbruggen van de Atlantische Oceaan, met het uitzenden in morse  van de letter S (drie punten). Sommige zoekers geloofden hier niet in, gezien die drie punten gemakkelijk konden toegeschreven worden aan atmosferische ontladingen. Een jaar later bewees Marconi dat het menens was. De trein was vertrokken. In de USA en in Europa werd grootschalig onderzoek gestart.

De Marconi-maatschappij had al in 1907 een regelmatige radio-telegrafische dienst tussen Clifden (Ierland) en Glace-Bay (New Scotland), een afstand van 3.600 km over de oceaan. Rond 1913 konden de Fransen met de zender van de Eiffeltoren 5.000 km ver reiken. Het station van Brant Rock (Fessenden, USA) werd gehoord in Brazilië. De Poulsen-stations San Francisco-Honolulu  (3.600 km) slaagden er in een regelmatige dienst te organiseren.

Maar België bleef niet achter. Eind september 1913 werd radiotelegrafisch contact gemaakt met Boma, in het toenmalige Belgisch-Kongo, 6.300 km ver, en dat over de droge Sahara! En op 28 maart 1914 gingen de radioconcerten van Laken de ether in! Ons kleine land moest niet onder doen voor de grootmachten!

En 1901 déjà, Guglielmo Marconi revendiquait une communication radiotélégraphique par dessus l’océan Atlantique, par la transmission en morse de la lettre S (trois points). Certains chercheurs ne le croyaient pas, car ces trois points auraient pu être facilement attribués aux décharges atmosphériques. Un an plus tard, Marconi prouva son sérieux. Le train était mis en marche. Des recherches à grande échelle débutèrent aux États-Unis et en Europe.

Dès 1907, la société Marconi disposait d’un service de radiotélégraphie régulier entre Clifden (Irlande) et Glace-Bay (Nouvelle Écosse), pour une distance de 3 600 km à travers l’océan. Vers 1913, les Français pouvaient transmettre jusqu’à  5.000 km avec l’émetteur de la tour Eiffel. La station de Brant Rock (Fessenden, États-Unis) a été entendue au Brésil. Les stations Poulsen de San Francisco-Honolulu (3 600 km) réussirent à organiser un service régulier.

Mais la Belgique n’est pas restée en marge. Fin septembre 1913, un contact radiotélégraphique est établi avec Boma, dans ce qui était alors le Congo belge, à 6.300 km de distance, et cela par dessus le Sahara aride! Et le 28 mars 1914, les concerts radio de Laeken sont passés dans l’éther! Notre petit pays ne devait le céder en rien aux super-puissances!