D.T. / T.S.F. La(e)ken

D.T. = Draadloze telegrafie (en later draadloze telefonie).
T.S.F. (ou TSF) = Télégraphie sans fil (et plus tard téléphonie sans fil).

Er is veel gebeurd te Laken in 1914 en de enkele jaren ervoor. Inderdaad, Koning Albert I had Robert Goldschmidt de mogelijkheid gegeven gebruik te maken van de leegstaande villa Lacoste op het domein van het kasteel van de koning, om er telegrafie- en telefoniezenders, en antennes te installeren, alsook een praktische school voor opleiding van blanke en zwarte marconisten.
Wat u hier vindt, zijn veelal volledige teksten hierover, die wel beschreven werden in onze boeken, maar slechts aangehaald werden als mogelijke bronnen. Omdat het anders een onmogelijke opgave zou geweest zijn, en waarvoor een website een betere oplossing biedt.

De “e” in La(e)ken is een knipoog naar onze Franstalige lezers, want hoewel onze eigen teksten meestal in het Nederlands zullen geschreven zijn, is het beschikbaar archiefmateriaal voor 95% Franstalig, omdat de Vlaamse Beweging in die tijd nog geen evenwicht had mogen bereiken in het taallandschap.
En complete vertalingen bleken ons niet mogelijk.
We hopen dat beide taalgroepen en ook onze Duitstalige medeburgers aan hun trekken kunnen komen.

Il s’est beaucoup passé à Laeken en 1914 et les quelques années précédentes. En effet, le roi Albert Ier avait donné à Robert Goldschmidt l’occasion d’utiliser la villa Lacoste vacante, située sur le domaine du château du roi, afin d’y installer des émetteurs télégraphiques et téléphoniques et des antennes, ainsi qu’une école pratique pour la formation de marconistes blancs et noirs. Vous trouverez ici principalement des textes intégraux y référant, qui ont été décrits dans nos livres, mais qui n’y ont été cités que comme sources possibles. D’une autre manière c’aurait été une tâche impossible et un site-web se présentait comme une meilleure solution.

Le «e» dans La(e)ken est un clin d’œil à nos lecteurs francophones, car bien que nos propres textes seront principalement écrits en néerlandais, les archives disponibles sont à 95% francophones, vu qu’en ce temps-là le Mouvement flamand n’avait pas encore pu parvenir à un équilibre dans le paysage linguistique. Et des traductions complètes des textes étaient hors de question. Nous espérons que les deux groupes linguistiques ainsi que nos concitoyens germanophones y trouveront leur avantage.