T. Jack Thompson, Light on the Dark Continent: The Photography of Alice Seely Harris and the Congo Atrocities of the Early Twentieth Century, International Bulletin of Missionary Research, pp 146-149, 2002.

Alice Seely

Alice Seely Harris (1870 – 1970) en haar echtgenoot John Harris waren naar Kongo getrokken als Engelse missionarissen. Zij stuurde vele brieven naar huis met uitvoerige verslagen van hun leven in Kongo, veelal vergezeld van foto’s. Het fotograferen beviel haar ten zeerste en ze maakte er van gebruik om zeden en gewoonten van de inlanders te beschrijven. Zo kwam ze ertoe om wangedrag in de E.I.C. aan te tonen tegenover de Kongolezen.
Wat in het artikel niet overkomt is dat mevr. Harris ettelijke foto’s doorgaf van mutilaties, maar zich echter weinig stoorde aan de oorsprong hiervan. Zie hierover een goed gedocumenteerd verhaal van Guido De Weerd ( L’Etat indépendant du Congo, A la recherche de la vérité historique, eerste druk in het Frans, Mythes et réalités des mains coupées et l’action des époux Harris-Seely, p 516-524, 2015.

Alice Seely

Alice Seely Harris (1870 – 1970) et son mari John Harris vinrent au Congo en tant que missionnaires anglais. Elle envoya à sa famille de nombreuses lettres pourvues de comptes rendus détaillés de leur vie au Congo, souvent accompagnées de photographies. Elle aimait beaucoup la photographie et l’utilisait pour décrire la morale et les coutumes des autochtones. C’est ainsi qu’elle en vint à dénoncer des abus au sein de l’E.I.C. à l’encontre des Congolais.
Ce qui ne sort pas de l’article présent, c’est que Mme. Harris procura plusieurs photos de mutilations, mais sans mention de leurs origines. Voir à ce sujet une histoire bien documentée de Guido De Weerd (L’Etat indépendant du Congo, A la recherche de la vérité historique, première édition en français, Mythes et réalités des mains coupées et l’action des époux Harris-Seely, p 516 -524, 2015.